Caroline Fourest : la culture de l’annulation, son combat pour la laïcité, un avenir au cinéma

Interview – Cette semaine, la rédaction de Caractères reçoit Caroline Fourest. Journaliste militante, essayiste, ancienne collaboratrice du journal Charlie Hebdo ou encore réalisatrice.

C’est à l’âge de 22 ans qu’elle s’engage pour la défense des droits des femmes et des homosexuels. On la verra d’ailleurs manifester aux côtés des Femen quelques années plus tard. En 2004, Caroline Fourest sort une enquête sur l’islamologue et petit-fils du fondateur des Frères musulmans: Tariq Ramadan. Passionnée par le 7ème art, elle se lance dans la réalisation en 2019 avec un film remarqué: Sœurs d’armes.

Avec elle on parlera de la culture de l’annulation, de liberté d’expression et de l’avenir de la France à un an de l’élection présidentielle !

Retrouvez notre vidéo à la fin de l’article.

En février 2020 Caroline Fourest sort un ouvrage : Génération offensée. Elle y dénonce une police de la culture, l’émergence d’une jeunesse réveillée, plus sensible aux causes, à l’injustice sociale, directement inspirée du mouvement américain “Woke”:

“Je dis attention à ne pas s’enfermer dans une façon de lutter qui a plus tendance à exclure et à diviser qu’à inclure et qu’à permettre la convergence des luttes, c’est lorsque cette lutte anti raciste ou cette lutte féministe dite éveillée finit par rejoindre le même vocabulaire identitaire que l’exrême droite idéntitaire que je combats aussi, les mêmes catégories de pensée! C’est-à-dire renvoyer tout le monde à son identité, l’y enfermer, décider de qui peut parler ou non en fonction de l’identité et non plus en fonction des idées énoncées! Et puis surtout au lieu de se battre pour plus de liberté ou d’égalité, aujourd’hui c’est un combat qui prend la forme de la censure!”

Caroline Fourest, 28 avril 2021 – Caractères Média

L’artiste Camélia Jordana a joué dans le film Soeurs d’Armes de Caroline Fourest, sorti en 2019. Elle y incarne une jeune Française partie rejoindre un groupe de combattantes kurdes. au-delà de la seule performance artistique, Camélia Jordana a tenu des propos assez durs à l’encontre des forces de l’ordre, mais également des hommes. Peut-on considérer qu’elle fait partie de cette génération offensée dont vous parlez?

Camélia a fait des déclarations qui font très génération offensée! Après, c’est aussi ce que j’aime dans le cinéma, on n’est pas là pour avoir des débats politiques ou intellectuels. Quand on fabrique un film, c’est nos parts émotionnelles qui sont en communion. Camélia moi c’est quelqu’un qui m’a énormément touché, énormément ému après les attentats du Bataclan quand elle a prêté sa voix dans cette cour des Invalides à ce chant qui nous a tous réunis. C’est quelqu’un qui a beaucoup de courage et beaucoup de cran. Parce que quand elle accepte de jouer une Kenza que j’ai écrit, une Française d’origine algérienne qui part se battre aux côtés des Kurdes et qui va tirer à la Kalachnikov sur une djihadiste, il faut beaucoup de cran pour accepter ce rôle. Je respecte beaucoup Camélia pour ça. Ensuite Camélia est une fille de sa génération, et souvent comme peuvent l’être les artistes, ils sont très connectés à leur part émotionnelle, et je pense qu’elle a été sincèrement bouleversée par la mort d’Adama Traoré, et que la partie politique, l’instrumentalisation de cette émotion, c’est moins son sujet à elle. Elle est dans l’empathie vis-à-vis de cette mort, vis-à-vis de cette sœur qui a perdu son frère. Donc c’est ça qui l’amène peut-être à négliger, de mon point de vue d’intellectuelle, les instrumentalisations politiques qui peuvent être faites de l’émotion. Mais je sais que sur son émotion elle est sincère. Donc on s’entend sur ce point là, sur la sincérité on s’entend. Mais sur le reste, on en discutera…  

CAROLINE FOUREST, 28 AVRIL 2021 – CARACTÈRES MÉDIA

UNE VIE DE COMBATS

Caroline Fourest est ce qu’on pourrait appeler une femme de combats. Le fondamentalisme, les extrémistes, elle les affronte depuis toujours. En 1994 elle se spécialise sur l’extrême droite catholique. Lorsqu’elle critique la droite, on la traite de gauchiste, et quand c’est au tour de la gauche, qu’elle accuse de crier “au loup” à l’approche de l’éléction présidentielle 2022, on l’accuse de jouer le jeu de l’extrême droite.

“J’ai appris à résister à ça! J’ai appris à vivre avec ça et j’ai appris à écrire pour ne pas me faire des amis mais sincèrement ça demande un peu de cuir, une bonne cuirasse! Ça ne s’improvise pas. Et donc je me dis, si j’étais collégienne, et que j’avais commencé à donner mon point de vue et m’étais pris à 12 ans ou à 13 ans ce que j’ai pris plus tard. Je ne sais pas si j’aurais continué à donner mon avis. Il a fallu que je forme ma cuirasse, que je sois sûre de mon honnêteté, de moi vis à vis de moi. Je sais que j’essaie d’être le plus utile aux autres. Et tant pis si je dois me prendre la fachosphère qui s’énerve, les islamistes qui me menacent, les Russes, les pro-Turques, tout le monde, c’est pas grave.”

Caroline fourest, 28 avril 2021 – Caractères média

Le 20 avril 2021, c’est lors du lancement des états généraux de la laïcité que Caroline Fourest s’est faite remarquer. Elle y abordait l’histoire de la France, de la séparation des églises et de l’état, rappelant que le concept d’islamophobie a été utilisé dangereusement ces dernières années.

“L’islamophobie confond la critique de la religion, même parfois la critique de l’islamisme, et une forme de haine envers les musulmans. Cette confusion là en un seul mot a fait déraper la gauche, à tuer des gens. Je le maintiens. Je le dirais tant que les gens accepteront la complexité de ce que je suis en train de dire. Parce qu’une fois que vous dîtes ça, vous avez sur les réseaux sociaux des gens qui disent: “elle banalise la haine envers les Musulmans!” Mais comment on peut se parler si les mots ne sont pas écoutés en fait?”

Caroline Fourest, 28 avril 2021 ) Caractères média

Les Etats généraux de la laïcité ont fait couler beaucoup d’encre. Nous faisant les avocats du diable, nous lui demandons alors si cet évènement est un coup de com de la part du Gouvernement, ou une prise de conscience et un passage à l’action? Beaucoup de journaux ont repris une phrase, qui aurait été prononcée par Emmanuel Macron lors d’un conseil des ministres, critiquant la création de ces Etats Généraux. “Les Français s’en fichent et moi aussi. Il y a une loi, il faut l’appliquer. On n’a pas besoin de colloque, de forum ou de je ne sais quoi. Si c’est pour regarder le film de Caroline Fourest sur Tariq Ramadan, on l’a déjà vu, on a bien compris!

“Quand vous allez sur la scène d’un collège où les policiers disent à une Ministre “N’allez pas à gauche parce qu’il y a la tête, et à droite y’a le corps donc faites attention” Il faut comprendre que ça marque les hommes politiques et les femmes politiques. Il faut comprendre qu’ils sont sincères sur ce coup-là. C’est plus du Marketing. Ils ont vécu des choses, ils ont vu des choses. Moi je crois que le Président Macron après Patty a vraiment eu une énorme prise de conscience. Il avait commencé à agir avant parce qu’il avait des remontées de terrain, parce qu’il avait un diagnostic de la situation auquel on ne peut pas échapper quand on est en responsabilité. à partir du moment où ils agissent enfin, et prennent des mesures contre l’incitation en ligne qui radicalise, pour arrêter que des lieux puissent conditionner de futurs tueurs, qu’on ouvre des écoles intégristes plus facilement que des bistro tabacs…”

CAROLINE FOUREST, 28 AVRIL 2021 – CARACTÈRES MÉDIA

La montée de l’extrême droite en France et en Europe questionne. Pour Caroline Fourest, c’est la gauche qui fait le jeu des extrêmes, en ne la prenant pas au sérieux. Durant l’entretien, elle fait notamment la comparaison entre l’histoire du conte Le garçon qui criait au loup, et cette tendance des partis de gauche à s’inquiéter lorsqu’il ne le faut, selon elle, pas.

 “Le pire est toujours possible. Surtout si on travaille à tout relativiser! A tout mettre sur le même plan. Si on travaille à expliquer que défendre sur la laïcité, que faire une loi contre le terrorisme c’est déjà d’extrême droite, ça veut dire que l’extrême droite c’est pas si grave en fait?! Si l’extrême droite c’est juste défendre la laïcité et se battre contre le terrorisme, qui est-ce qui va aller voter utile contre l’extrême droite quand l’extrême droite arrivera vraiment? Et moi j’ai très peur de ce que j’appelle la Gauche qui crie au loup, (…) J’ai vraiment l’impression de ça avec la gauche. À force de crier “À l’extrême droite! À l’extrême droite! A l’extrême droite!” Quand l’extrême droite n’y est pas. Quand il s’agit simplement de la gauche universaliste, ou du centre ou de la droite républicaine qui défend des choses aussi simples que des acquis de la gauche comme la laïcité… Quand des généraux ont des petites tendances factieuses, quand Valeurs Actuelles se permet d’éditer des choses un peu surprenantes et quand Marine Le Pen est en position de gagner des voix, vous pouvez crier au loup, plus personne n’y croira. Et c’est bien ce qui va se passer à cette élection présidentielle! Sauf si, la raison revient. Mais je le redoute clairement.

CAROLINE FOUREST, 28 AVRIL 2021 – CARACTÈRES MÉDIA

A un an de l’élection présidentielle française, alors que beaucoup de médias tablent sur un duel Macron/Le Pen, Caroline Fourest revient sur la tournure que revêt le paysage politique français.

“Je déteste la période qui commence là maintenant. Je déteste les périodes électorales de manière générale en fait parce que lorsqu’on est sur le débat d’idées, on sait que c’est la période de toutes les mesquineries, de tous les procès d’intention. Plus rien ne compte. Vous, vous venez sincèrement parler d’évolution au long cours dans ce pays ou internationalement, et vous avez des gens qui vous répondent qu’ils ne pensent qu’à gagner une élection! Du coup ils ne vous écoutent pas! Depuis quelques semaines c’est particulièrement caricatural. Mais les procès d’intention venant d’EELV ou de la France Insoumise, c’est navrant… EELV sur certains sujets, ça a toujours été attristant. Mais LFI ça n’a pas toujours été le cas. Ce sont de vrais reculs, ces simplifications! Et plus on va approcher de l’échéance électorale plus ça va être terrible.”

CAROLINE FOUREST, 28 AVRIL 2021 ) CARACTÈRES MÉDIA

Le reste de l’interview est à retrouver sur la chaîne Youtube de Caractères!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *